Les Prémices: Une bonne approche de la cuisine gastronomique

IMG_5654

Un restaurant du vendredi soir ou même du samedi, bref un endroit à visiter en prennant son temps, sans être bousculé, pour prendre le temps de se garer ………..et parce qu’il en vaut la peine!

J’ai découvert ce restaurant du 9ème Nord, -oui! encore le 9eme!- en cherchant au dernier moment un restaurant pour nous recevoir et nous faire passer une soirée à 6. Et bien sûr, tant qu’à faire un lieu soigné dans lequel on puisse passer un bon moment amical et gastronomique.

Je suis tombée sur Les Prémices, un restaurant bien noté sur La Fourchette et ayant de très bonnes critiques sur le Net. Bref! tout ce qu’il faut pour l’essayer.

La salle est petite, plutôt agréable et accueillante et à moitié remplie.

Fidèle à mes habitudes, j’arrive la première. car avec ma petite voiture, j’ai la chance de pouvoir me faufiler partout et de me garer facilement dans ce quartier blindé de monde et de restaurants.

Pour patienter je commande un petit verre de Bordeaux Blanc….ce qui fait rapidement venir Claude et Serge.

Dès son entrée, Serge tombe en extase devant le gigantesque tableau au thème hispanique qui remplit le mur du fond.

Sur sa lancée, j’inspecte un peu plus le décor et  je vois de très jolis lustres originaux et modernes, et je note de ravissants miroirs sophistiqués alignés sur le mur de droite. Je jette un oeil sur les autres murs et je me dis que ce serait bien plus chaleureux et parfait pour un joli effet d’optique d’accrocher les mêmes- ou pourquoi pas les choisir dans un style carrément différents- miroirs sur le mur opposé qui me parait bien vide…

Claude et Serge se joignent à moi pour le petit verre. Mais mieux avertis que moi, ils optent pour un verre de Sancerre ce qui s’avère un meilleur choix que le mien.

Pour accompagner notre verre, nous avons droit à des cuillerées de cubes de saumon « façon gravlax ».

Qui sont gentiment renouvelées vu le long moment dont on a besoin pour nous réunir tous.

En attendant les autres-Paul et Pat- et surtout Laurent fidèle à lui-même, qui arrive avec 30 minutes de retard, on a largement le temps de détailler la carte, d’autant plus qu’elle est relativement courte.
Je vous la joins d’ailleurs pour vous donner envie…

IMG_5648IMG_5649

Notre choix se porte sur les langoustines en kadaif, la tarte aux morilles et l’originale association de foie gras et d’huîtres.

Mes langoustines avec leur bisque émulsionnée et bien relevée sont un délice! Mais j’aurais bien aimé déguster mon plat un peu plus chaud et comme dit Paul « en avoir un peu plus ».

Les tartes aux morilles ont été jugées trop tièdes et Claude et Laurent ont demandé qu’on les réchauffe. Opération qui a pris un petit moment, car le chef ne s’est pas contenté « d’un coup de micro-ondes »! Et il a bien fait! Car ils se sont régalés.

Pat et Serge ont beaucoup apprécié leurs assiettes.

Ensuite la majorité a opté pour l’agneau de lait-4- et il y a eu un cabillaud et un boeuf Wagyu.
Le boeuf était magnifiquement servi et la part nous a parue à tous bien généreuse…Il était nous a dit Claude délicieux et la cuisson était fort juste.

Le cabillaud a comblé Paul.

Quant à moi, -on est critique ou on ne l’est pas- j’ai trouvé mon assiette très belle, l’accompagnement fort délicieux, mais la quantité de viande un peu réduite. D’autant plus que j’avais un morceau – sur 2!- de moins bonne figure que son frère….et encore une fois le plat n’était pas assez chaud à mon goût.

Les vins choisis étaient très bien : le blanc un Sancerre à 60 euros et le rouge un Bordeaux Saint Emilion 2012 à 80 euros excellent!

Passons au dessert: 3 d’entre nous voulaient rester raisonnables, mais les 3 autres dont bien sûr je faisais partie, ont eu gain de cause et on a partagé plusieurs délicieuses gourmandises très bonnes, et très bien réalisées.

 

DSC_0717DSC_0711IMG_5636IMG_5638

Et pour accompagner notre café, de succulents petits macarons à la vanille, qui ont été généreusement renouvelés au vu de leur succès.

 

On a payé 607 euros pour ce très bon repas, donc 100/personne – eh oui je suis allée à l’école!)
En conclusion, un bel endroit, une gentillesse et un professionnalisme coté salle et côté cuisine, beaucoup de soin, de technicité et de maîtrise des combinaisons et des assaisonnements, pour ce chef qui a entamé une seconde vie dans la restauration, pour satisfaire sa passion de la cuisine! et il a très bien fait!!- depuis bientôt 3 ans. Dans une vie antérieure, il était financier dans la banque.

Le talentueux chef Alexandre Weill a vraiment à coeur de bien faire et de faire passer un bon moment à ses convives, Objectif atteint malgré quelques petites erreurs vite réparables, en plus il n’en est qu’aux Prémices….

Allez-y ! Vous passerez un bon moment et vous serez bien chouchoutés!

 

Les Prémices
24, rue Rodier
75009 Paris
Tél : 01 45 26 86 26

 

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *